Masters de Perche - Article RL

Publié le 1 Juillet 2015

Masters de Perche - Article RL

Ils ont délaissé le sautoir et leurs repères habituels au stade du Schlossberg pour prendre leur course d’élan entre une banque et un glacier. Hier après-midi, les perchistes de l’US Forbach ont sauté rue Jean-Monnet, pour un concours désormais bien installé, autant dans le centre-ville de Forbach que dans le calendrier sportif. Pour accompagner la dizaine d’athlètes locaux inscrits à la compétition maison, il y avait une quarantaine d’autres spécialistes de la discipline. Ils sont venus de Thionville, de Remiremont, de Zweibrucken, et même de Belgique.

 

Quel que soit leur niveau, tous ont un point en commun : ils aiment les sensations fortes. Car le saut à la perche offre ce plaisir de grimper quelques mètres en hauteur, de se retrouver la tête à l’envers et d’atterrir sur des matelas. « La perche, c’est un mélange de vitesse, d’explosivité, de coordination, et de folie », explique Tatiana Isselé, cheville ouvrière du Masters depuis deux ans.

C’est aussi elle qui encadre le groupe de perchistes de l’US Forbach aux entraînements. Dans le groupe, le plus jeune s’appelle Quentin Schmitt. A 13 ans, il pratique la discipline depuis quelques mois. « Je fais aussi des haies ou des lancers, mais c’est le saut à la perche que je préfère , indique le garçon. J’ai vu les autres sauter à l’entraînement, j’ai essayé et ça m’a tout de suite plu. » Hier, il a participé au premier concours de l’après-midi, réservé aux jeunes. Il a passé 2,45 m.

Anne-Sophie Stirtzinger, quant à elle, arbore un grand sourire. Elle vient de réussir un beau triplé. La minime de 15 ans a battu son record personnel, a franchi pour la première fois 3 m et s’est appropriée par là même le record de Moselle de sa catégorie d’âge. Elle n’a pas été plus perturbée que cela par cette épreuve en plein centre-ville, sur une piste d’élan provisoire. « Il y a un meilleur rebond au niveau des foulées, on va plus vite », estime-t-elle.

Alors que les plus jeunes en avaient déjà fini avec la compétition, Drice Muller et Nathan Touhardji patientent encore en attendant le début du concours élite, programmé à 18 h 30. Ils sont les chefs de file des perchistes forbachois. Le premier, junior de 18 ans, compte déjà trois participations aux championnats de France. Son profil est recherché par les entraîneurs de saut à la perche : c’est un ancien gymnaste. « Les sensations sont similaires, et on a déjà des repères en l’air », explique-t-il.

Dans son sillage, on trouve le cadet Nathan Touhardji, 16 ans. « Je suis au club depuis les petites catégories d’âge, mais ce n’était pas possible de faire de la perche. Dès que je suis passé benjamin, j’ai essayé et j’ai accroché tout de suite », souligne-t-il. Hier, pour la première fois, il a participé au concours principal. « Mon record personnel est à 4,15 m. Aujourd’hui, mon objectif est de passer 4,25 m, pour assurer définitivement ma place aux championnats de France. » Il devra retenter sa chance. Hier soir, il a échoué à 4,05 m.

Rédigé par Républicain LORRAIN

Repost 0
Commenter cet article